Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Virée oncologique

"C'est un cancer." Tout commence par cette petite phrase.

GROSSE FATIGUE

Publié le 20 Janvier 2016 par Sophie

GROSSE FATIGUE

Fatiguée, exténuée....

Y a t il un autre mot, plus fort pour exprimer cette intense fatigue ?

Cette incapacité totale à faire quoi que ce soit dans la vie quotidienne : marcher, parler, lire, se laver, manger, écouter, converser, regarder la télé, écouter de la musique, répondre au téléphone, écrire, faire la cuisine, sortir les poubelles, mettre une machine en route, aller chercher le courrier, passer l'aspirateur...

commentaires

FAUT PAS LÂCHER !

Publié le 20 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

FAUT PAS LÂCHER !

Je me souviens des séances de radiothérapie...

L'attente dans la petite salle. Trop fatiguée pour pouvoir lire les magazines people qui traînent.

"Bonjour Madame."

Le personnel est gentil, attentionné, empli d'empathie.

"Comment ca va aujourd'hui ? Mieux qu'hier ? La fatigue ? ..."

Elles sont les rares personnes à qui je dis la "vérité" sur mon état. Les nausées, l'épuisement, la nourriture...Elles me sourient d'un sourire doux, m'encouragent. "Faut pas lâcher !!!"

Elles font partie désormais de mon intimité. Connaissent cette partie de mon corps tatouée, épuisée, meurtrie...

Je m'allonge sur la table. Cale mes pieds. Et j'attends que la machine se mette en marche, tourne au dessus de moi. Au bout de quelques jours, je connais par coeur son cheminement, ses rotations. Quelques minutes seulement.

-" C'est fini. Doucement en vous levant....A demain...."

commentaires

PETITS MATINS

Publié le 20 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

PETITS MATINS

Je me souviens...

Des levers matinaux pour me rendre aux séances de radiothérapie.

Lever à 6 h 30 - VSL à 7 h - séance à 7 h 15, 7 h 30.

Redouter la route, les virages, les embouteillages à cause des nausées qui ne me quittent pas. Se demander si je vais y arriver, si je vais réussir à tenir debout, à ne pas vomir. M obliger à discuter avec l'ambulancier, parce que, malgré tout, j'ai envie de donner l'image d'être "pas trop mal"...et puis, l'ambulancier est la seule personne "normale" que je vois de la journée...On discute de la pluie et du beau temps, de la famille ; on réagit aux infos que distille la radio...on parle très peu de la maladie...

Arrivée à la clinique, encore déserte. Le personnel, les médecins, les malades ne sont pas encore arrivés. Même les couloirs sont encore dans le noir. Le silence est total. Seule au bout du couloir, la lumière de la salle d'attente des rayons.

Je suis la plupart du temps la première à passer. Ou la deuxième.

J'ai demandé cet horaire matinal. Pour ne voir personne. Pour ne pas me confronter aux autres malades. Pour ne pas me voir en eux, dans leur physique délabré, dans leurs yeux délavés, dans leurs conversations qui racontent leur maladie, leur traitement, leurs angoisses et qui se terminent toujours, irrévocablement par "Et vous ????...".

Une seule fois, j'ai échangé, avec une mamie, sans pouvoir faire autrement. Et elle m'a lancé : " Vous êtes jeune !..."

Comme si je n'allais pas vieillir...

commentaires

MARRE...

Publié le 18 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

MARRE...

Marre de ces témoignages dans les médias, de ces cancéreux en pleine forme, dynamiques, hyperactifs, beaux....

Marre de ces phrases :

- "Faut garder le moral. C'est le plus important."

- "Faut manger, pour prendre des forces"

-"Je connais un super toubib, tu devrais y aller. C'est pas la médecine traditionnelle, c'est pas remboursé, mais bon..."

-" Tu devrais prendre des vitamines, des oligo éléments..."

-"Il faut prendre soin de toi..."

-"C'est important de rester féminine, de rester femme..."

-" Aller voir un psy, ca te ferait du bien..."

-" Et avec ton mari, tes enfants, ca se passe comment ?...."

commentaires

CARTE DE VISITE

Publié le 18 Janvier 2016 par Sophie

CARTE DE VISITE

Sur la carte de visite du VSL, avec services et coordonnées :

Recto : Ambulance

Verso : Pompes Funèbres

commentaires

LE LUNDI, C'EST CHIMIO

Publié le 18 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

LE LUNDI, C'EST CHIMIO

Je me souviens...

Des lundis du mois d'octobre...

8 h - chambre 18 -

Prendre les médocs deux heures avant pour ne pas vomir.

Mise en place de l'aiguille dans le bras. Regarder le produit s'écouler goûte après goûte. Se déplacer avec le pied à perf....avec cette impression bizarre de vivre des scènes de films qu'on a regardé "avant", en spectateur larmoyant en mangeant du popcorn...

Discuter avec les autres malades, sur la vie, la maladie, les effets secondaires, la famille, les enfants, le mari, sur tout et sur rien.

Les scruter comme elles me scrutent. Se demander si on est plus malade qu'elles, si on est aussi fatiguée qu'elles en ont l'air, si elles vont mourir avant moi....

Sortir 4 heures plus tard. Barbouillée.

Vite, regagner la maison, le lit et affronter les nausées qui vont arriver rapidement...

commentaires

CELEBRITES

Publié le 18 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

CELEBRITES

Ces derniers temps, il ne fait pas bon être cancéreux. Avec toutes ces célébrités qui meurent "après avoir lutté courageusement contre la maladie"...

Et nous, pauvres malades anonymes, on en prend plein la gueule...

Parce que même si cela va mieux, même si je suis en rémission, convalescente, la vérité est là : le cancer est une maladie très mortelle, qui bouffe vos entrailles. Que l'on soit riche ou pauvre, célèbre ou inconnu, on en réchappe pas...ou très peu.

Mes proches n'osent pas évoquer cette actualité en ma présence, tant elle fait peur, à tout le monde. Même à moi.

Alors, on se rassure comme on peut : "Mais moi, c'est pas pareil. Moi, c'est un petit cancer...."

Pff...conneries que tout ca !

commentaires

QUESTION DE VOCABULAIRE

Publié le 14 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

QUESTION DE VOCABULAIRE

"Avant", je ne connaissais pas ce mot. Je crois même que je ne l'avais jamais entendu. Ou je n'y avais jamais fait attention. La première fois, c'était dans le cabinet du médecin. " Bonjour, je suis oncologue". Et je pense qu'à cet instant, j'ai entendu "urologue".

J'ai vraiment compris le sens du mot, quand je l'ai vu inscrit en lettres capitales sur le panneau indiquant le service : ONCOLOGIE. Et là, j'ai lu "CANCEROLOGIE".

C'est vrai que "Cancérologue" fait plus peur. On voit de suite à quoi, à qui l'on a à faire.

"Oncologie" est plus mystérieux parce que moins connu, beaucoup moins usité.Plus "rond" aussi avec tout ses "O" ; peut être plus doux...

Il y a quelques années encore, on disait "cancer", "cancérologue", centre régional anti cancer (CRAC). Aujourd'hui, on dit "oncologue", "oncologie", "oncopole", même si, je m'en suis rendue compte rapidement, les gens autour de vous ne comprennent pas toujours : "J'ai rdv avec l'oncologue..." - "Avec qui ?...." "Le cancérologue..." - " Ah oui...."

Cancer : du latin, "crabe"...

Oncologue : du grec, "tumeur", "tache"...

commentaires

COMPASSION

Publié le 8 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

COMPASSION

Je me souviens....

De l'attitude de l'urologue qui m'a fait l'examen confirmant que le rectum n'était pas atteint.

Sa gentillesse, son empathie, son regard empli de compassion.

Sa petite tape sur mon bras en partant, avec un sourire doux, en guise d'encouragement...

Lui seul savait ce que j'allais endurer durant les semaines à venir.

Je me souviens...

D'une consultation avec mon médecin traitant, au tout début.

De sa gentillesse, de ses mots emplis de douceur. En sortant, je m'étais dit que les semaines à venir allaient être difficiles, très difficiles...

commentaires

" L IRM CA GROSSIT TOUJOURS..."

Publié le 7 Janvier 2016 par Sophie dans cancer - témoignage

" L IRM CA GROSSIT TOUJOURS..."

Rendez-vous en urgence chez l'oncologue.

Mon frère m'accompagne. J'ai besoin de lui pour supporter tout ce qui m'arrive. Je ne suis pas assez courageuse pour vivre ça toute seule.

Mes jambes flagolent, tremblent. Mon frère : "Allez, il faut y aller."

La salle d'attente est pleine. Pourtant, le médecin nous reçoit immédiatement. On passe devant tout le monde. Mauvais signe.

Mon gynéco est avec l'oncologue. Tous deux regardent l'IRM, l'air dubitatif.

La voix rocailleuse, je prends la parole : Il faut me dire si c'est grave. Je suis seule avec deux enfants. C'est important. Il faut que je m'organise."

"Au toucher, je n'ai pas vu le rectum atteint." dit le gynéco.

"Je vais vous ausculter." répond l'oncologue. Et après auscultation "Moi non plus, je ne pense pas que le rectum soit atteint. L'IRM grossit toujours. La tumeur est importante, elle touche le rectum. Mais je ne pense vraiment pas qu'il soit atteint. On va faire un examen supplémentaire pour être sûrs."

Ensuite,l'oncologue m'explique le traitement à venir : chimio, radiothérapie, curiethérapie...mais sûre d'elle, elle m'affirme : " Vous allez vivre."

Avec mon frère, nous sortons du cabinet. Devant la salle d'attente remplie, nous poussons un ouf de soulagement, bruyant et rempli d'espoir...

commentaires
1 2 > >>